Le discernement

Cerner vient de cernere, faire le tour, dont le participe passé certus a donné l’adverbe certes et la certitude. Cerner c’est faire le tour sans rien oublier, sans laisser de poche inexplorée.

 

Le préfixe dis a le sens de la séparation, disjoindre, dissymétrie, discourtois, discrédit disculper, contrairement au préfixe dé qui n’apporte que la cessation, désarmer ou dépolir. Avec le verbe tendre, on perçoit bien la différence entre le simple arrêt de la tension dans détendre et la séparation dans distendre.

Décerner veut dire que l’on arrête de faire le tour et que l’on conclue en décernant un prix ou un mandat d’arrêt.

 

Discerner en revanche superpose les deux notions de faire le tour sans aucune omission et de séparer le bon grain de l’ivraie, le bien du mal, le beau du laid, le vrai du faux, toutes notions subjectives que seul le groupe sait définir.

 

Pour qu’il y ait discernement il faut à la fois appartenir à un groupe qui définit les critères de ce qu’il faut accueillir et de ce qu’il faut rejeter et à la fois travailler pour ne pas omettre un seul aspect de la question.

 

Pour travailler et communiquer notre discernement, nous devons d’abord comprendre pourquoi dans le groupe France auquel nous appartenons, la croissance est une manne alors qu’elle n’est que dépense, l’argent remplace le troc alors qu’il n’est que mémoire du travail loyalement accompli, les réformes sont le joli paravent de l’immobilisme par peur d’affronter la nécessaire révolution. Les raisonnements faussés nous font aimer le gratuit et le crédit et tout est fait pour que nous n’en voyions ni le prix ni l’effort. C’est notre complicité de Français avec nos banques, nos grandes surfaces et nos médias qui pose le problème de fond. Plus de jouissance avec moins d’efforts est ce que nous demandons à ceux (et celles) qui ambitionnent de nous cajoler pour que nous les aimions.

 

Certains pensent qu’il faut attaquer le problème par l’économie. C’est à mon avis une erreur car le problème est beaucoup plus profond. Les politiques font cette erreur en priant pour l’arrivée de la croissance et nous ferions la même erreur en pensant qu’il serait suffisant de remonter les frontières, ce qui est évidemment nécessaire, et de reprendre les rênes de l’économie aux grands groupes pour voir la sortie du tunnel par quelques propositions, bonnes pour la plupart.

 

Si nous voulons vraiment que le peuple ait le dernier mot, il est indispensable de revoir l’ensemble du système éducatif qui forme aujourd’hui des gens couchés, obéissants et qui ne comprennent pas l’oïkos, la maison qu’ils habitent pourtant. La nécessaire addition de l’affectif et de l’effectif, des entraîneurs et des professeurs, des lieux de vie et des lieux d’enseignement, doit générer une refonte totale de notre système d’intégration qui est aujourd’hui dans les mains de gens probablement beaucoup trop contents d’eux-mêmes.

 

De même notre système politique fondé sur la flatterie du peuple à qui l’on dit qu’il est debout alors qu’on le couche, entraîne une survalorisation du beau au détriment du bien et du vrai. Le bien et le vrai composant le juste, sont exclus de notre système politique.

 

L’heure n’est pas en priorité à la recherche de solutions qui n’ont aucune chance d’être mise en pratique. L’heure est à l’analyse et au partage par cercles de plus en plus larges de l’analyse. Quand l’analyse sera majoritaire, la solution tombera comme un fruit mûr tellement les équilibres stables sont simples.

 

Pour l’instant toute la classe politique française perdue, attend la croissance comme le chanoine de St Jean de Latran ou le fonctionnaire le mieux payé du monde dans son FMI washingtonien. Le drame n’est pas leur erreur, le drame est que cela ne semble pas déranger grand monde.


Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    Ladawn Diep (samedi, 04 février 2017 20:40)


    This piece of writing is really a pleasant one it helps new net users, who are wishing in favor of blogging.

  • #2

    Annabell Friley (dimanche, 05 février 2017 03:03)


    What's up Dear, are you genuinely visiting this web site on a regular basis, if so afterward you will absolutely obtain nice experience.

  • #3

    Clorinda Carberry (dimanche, 05 février 2017 10:08)


    Admiring the time and effort you put into your site and in depth information you provide. It's great to come across a blog every once in a while that isn't the same outdated rehashed material. Wonderful read! I've saved your site and I'm including your RSS feeds to my Google account.

  • #4

    Brianna Gibby (lundi, 06 février 2017 10:07)


    Wonderful, what a webpage it is! This weblog provides valuable data to us, keep it up.

  • #5

    Rolande Croft (lundi, 06 février 2017 21:55)


    That is very interesting, You're an overly skilled blogger. I've joined your feed and stay up for seeking more of your excellent post. Also, I have shared your web site in my social networks

  • #6

    Kimberly Hirano (mardi, 07 février 2017 04:14)


    My relatives all the time say that I am killing my time here at net, except I know I am getting knowledge every day by reading such fastidious articles or reviews.

  • #7

    Lindsy Isreal (mardi, 07 février 2017 13:46)


    My brother suggested I might like this blog. He was entirely right. This post truly made my day. You cann't imagine simply how much time I had spent for this info! Thanks!

  • #8

    Catherina Mcqueeney (vendredi, 10 février 2017 05:27)


    Hello everyone, it's my first go to see at this web page, and paragraph is really fruitful in favor of me, keep up posting such posts.