Le risque est-il nécessaire ? L'éducation ? 

La cindynique ( du grec kindunos danger ) a été créée en 1987 lors d’un colloque à la Sorbonne. Elle étudie les risques et regroupe « les sciences du danger ». La cindynique se donne 4 buts : 

  • Comment identifier le risque ? 
  • Comment le mesurer ? 
  • Quelles en sont les conséquences ? 
  • Comment le contourner ?

Il est révélateur que « comment l’accueillir ? » ne soit pas dans le champ d’étude alors que c’est peut-être la question la plus difficile. En effet le risque n’est que le côté sombre de la responsabilité si essentielle à la construction de l’être. Le scientisme contemporain qui veut tout mesurer a oublié que seul l’avoir est mesurable avec d’ailleurs des unités de mesures équivoques. Seul le regard distingue une richesse d’un encombrement et d’un déchet ? Qui va enfin nous expliquer pourquoi le PIB serait l’augmentation des richesses et non des ordures ou des embarras ?


Ce besoin de tout mesurer pour se croire fort, nous a petit à petit amené à la suppression de l’être au profit de l’avoir. Si le discernement est absent de l’université c’est, d’après un doyen d’une fac de sciences de Lyon, parce que le ministère demande un chiffrage des performances et que le discernement ne se mesure pas. Est-ce à dire qu’il est sans importance ? La joie, le bonheur, la responsabilité, l’amour comme leurs faces sombres, la tristesse, le malheur, le risque et la haine ne sont pas chiffrables non plus et sont pourtant totalement essentiels dans la construction d’un être.

 

L’avoir donne une fausse impression d’éternité alors que l’être constate que sa mort le brise. L’or est prisé comme avoir parce qu’il défie le temps. L’homme cherche à lutter contre sa finitude par ses enfants, ses œuvres ou sa foi. Il est malheureusement plus juste d’écrire cherchait car dans notre civilisation les enfants, les œuvres et la foi ne sont plus nos premiers moteurs. Ils devraient le redevenir. L’homme donne l’impression de ne plus se vouloir incorruptible ni même solide. Il se contente de sous-traiter à l’avoir et d’apprécier l’incorruptibilité de l’or et la dureté du diamant.


Au fond la question terriblement difficile est : Qu’est cette civilisation qui n’est plus que dans l’avoir et qui a réduit l’être à la Culture qui n’est que son hologramme dans l’avoir et dans le passé ? Qu’est cette civilisation qui limite la vie à une durée de plaisir la plus longue possible et sans but, qui a renoncé à la Vie pour une survie sacralisée et qui a tellement peur de la mort qu’elle la cache, qu’elle la fuit et qu’elle la combat sans prendre même le temps de comprendre pourquoi ? Qu’est cette civilisation qui prétend modéliser la planète alors qu’elle n’arrive plus à se comprendre elle-même ?


Les animaux font beaucoup de petits pour que les risques inhérents à la vie laissent debout le « happy few » qui sera le solide ferment de demain. La plupart des espèces accompagnent leurs petits dans leurs développements mais tournent très vite la page si la vie les tue. Notre peur de la mort est catastrophique car par un égoïsme monstrueux de projection sur nos enfants, nous leur refusons la responsabilité donc le risque qu’ils demandent pour grandir. Nous ne les surprotégeons pas pour eux, nous le faisons pour nous car nous ne supporterions pas leur disparition tant notre propre vie est sans but et tellement leur survie nous permet de dormir. Tant pis si, sans risques donc sans responsabilités, ils deviendront des hommes et des femmes couchés qui attendront de leur éternel parent que devient l’État, le pain et les jeux qui leur permettront de tenir jusqu’à une mort sans arrêt repoussée grâce à l’argent que nous n’avons pas et que leurs pauvres enfants de plus en plus couchés devront de plus en plus assumer.


Comme toujours l’analyse tristement réaliste doit nous pousser à réagir. Il faut qu’à côté des lieux d’apprentissage de l’avoir, du savoir, du pourquoi, nous recréions des lieux de l’apprentissage du comment, de l’être, de la verticale, de l’expérience pour être debout. Le ministère des armées a un patrimoine immobilier encore plus important que celui de l’Éducation Nationale. Ne serait-il pas temps de créer un service civil obligatoire et évidemment gratuit pour qu’avec un accompagnement d’entraîneurs debout, les jeunes prennent le risque de vivre avec les dangers inhérents à la vie. Faut-il rappeler que lors du service militaire l’armée avait une autorisation de 7% de perte ? Mais il est dur de reconnaître que la mort est inhérente à la vie. Il est triste de voir qu’une civilisation cesse d’être grande quand ses membres ne sont plus prêts à donner leur vie pour un idéal plus grand qu’eux.


Nous avons certes l’excuse du XXème siècle. Ce siècle a dévoyé l’être par deux mondes politiques totalitaires qui pensaient inculquer leur idéal dans des camps de jeunesse tout en réprimant dans le sang, qui n’aimait pas assez ces idéaux mal pensés. Mais nous avons jeté le bébé avec l’eau du bain, les lieux de vie en général avec les lieux de vie honteux qu’ont été les camps de concentration, le goulag et certains camps d’embrigadement.

Ne pourrions-nous pas apprendre à ciseler notre pensée en séparant le bon grain de l’ivraie ? Nous pouvons, et même probablement nous devons, recréer en complément de l’école, des lieux de vie, véritables écoles du discernement, dans lesquels la responsabilité et donc le risque seront pris avec nos encouragements par les adolescents à l’âge où ils doivent travailler leur force, découvrir leur courage et construire en eux cette sagesse qui leur sera si utile dans un monde qui ne les attend plus pour ce qu’ils sont mais pour qu’ils réalisent notre rêve impossible et idiot de tout attendre de l’école, de la recherche, de la croissance et de l’Europe.

 

N’est-il pas lamentable de n’avoir que la prison à proposer comme lieu de vie à un jeune adolescent en difficulté ? Et qui va croire que ce lieu de vie avec ses entraîneurs geôliers, va faire prendre à cet enfant les bons risques pour asseoir son sens de la responsabilité ?

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Ulysses Calder (mercredi, 01 février 2017 20:02)


    Hi there! This post couldn't be written any better! Reading through this post reminds me of my previous room mate! He always kept talking about this. I will forward this write-up to him. Pretty sure he will have a good read. Many thanks for sharing!

  • #2

    Loriann Montague (dimanche, 05 février 2017 05:34)


    Hey There. I found your blog using msn. This is an extremely well written article. I will be sure to bookmark it and come back to read more of your useful information. Thanks for the post. I'll definitely return.

  • #3

    Brandi Kellog (dimanche, 05 février 2017 07:23)


    It's really a great and useful piece of info. I am satisfied that you shared this useful information with us. Please stay us informed like this. Thanks for sharing.

  • #4

    Katharine Jeanbaptiste (lundi, 06 février 2017 23:21)


    With havin so much content and articles do you ever run into any issues of plagorism or copyright violation? My blog has a lot of unique content I've either authored myself or outsourced but it looks like a lot of it is popping it up all over the internet without my agreement. Do you know any ways to help reduce content from being stolen? I'd genuinely appreciate it.